• Vénus Rebelle

"Dans les coulisses de l'écriture" : Écoutez les mots, ils murmurent à vos oreilles !

Mis à jour : avr. 14

Montez le son avant de visionner la vidéo pour entendre les murmures des mots


Tous mes textes sont d’abord des ébauches dans mes carnets

Jamais, ô grand jamais de clavier pour débuter une nouvelle œuvre

Je laisse le stylo me guider vers la prochaine pensée


Je me sens inspirée, hypnotisée,

Dans une danse avec moi pour unique partenaire

Lorsque qu’à la caresse de ma main surgissent des formes

La mélodie du stylo entre en symbiose avec son ami de toujours

Ses griffures engendrent le son, les mots, la vie,

Une course vers l’expression d’une hypothèse,

Ne serait-ce même un rien


Les mots s’écoulent, à la dérive

Pour composer un semblant d’humanité, de lisibilité

Tenir bon jusqu’à la ligne d’arrivée

Puis recommencer inlassablement

Transpirer des paragraphes

Façonner des chapitres entiers

Avaler les pages blanches

Gagner la fin du carnet

Jusqu’à faire naitre une œuvre musicale

Folie ! un livre entier, à paraitre dans deux mois,

Jour pour jour


Au fur et à mesure la main tourne les pages, aère le papier

Sèche les larmes qui ont coulé, pour les figer dans l’éternité

Dans ce son cristallin de la mine d’acier

Comme avec un archet, le frottement, l’inclinaison,

La pression change le son de mon stylo

Chaque lettre aura sa propre note,

Son unique teinte, sa couleur


Alors que les touches œuvrent dans un fracas monocorde

Avec pour seul relief le rebond des ressorts tressautant sous mes doigts

Mon stylo, lui, tousse, s’arrête, hésite puis

Rature d’un trait net, refuse cette nouvelle idée incorrecte

Une ligne entière disparait sans laisser tracer de sa courte existence

Supprimer se fait dans le silence de la touche appuyée,

Rayer se fait de l’action consciente de la main qui revient

Sur ce qu’elle a jugé comme étant une piètre fin

Pour mieux réinitialiser


Et bien que mon écriture ne soit pas belle, elle est mélodieuse

Elle me murmure ses confidences les plus inavouables

Pour que mon cerveau les façonne, visibles au public

Acceptables pour la main comme le cœur

Dans le tapage soudain très déterminé, brutal, des touches

Une autre mélodie se dévoile à mes hôtes

Une fois transposé, je peux admirer le chemin parcouru

Les changements apportés pour plus de sensualité,

D’exactitude dans la transmission de mes billets

Ayant pris naissance sur les pointillés de mon joli papier

Les secrets deviennent des sourires de connivence

La peur est annihilée, tout du moins, minimisée à l'éclat du clavier

Une fois la pudeur de la première mélodie envolée


Le stylo, instrument de l’ombre pour me connecter à moi

Le clavier, instrument de lumière pour me rapprocher de vous


La Vénus se re.belle !

Posts récents

Voir tout